Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Poèmes - Page 5

  • Ecrit 2011-2012 003

    Son cœur bat la chamade et son désir n’en devient que plus grand

    Son sexe légèrement humide se languit à présent

    Ses yeux deviennent humide car de cet homme comme amant

    Va lui refaire découvrir le plaisir qu’elle attend depuis longtemps.

    Je me revoie lui   caresser son corps  de sirène

    Juste à cet endroit ou tout vous émerveille

    Pour y gouter l’absinthe sur mes doigts son désir

    Marquant ainsi mon territoire par son plaisir 

    Sa main descend lentement vers cette chapelle ardente 

    Celle-ci tremble car elle connait bien ce désir qui la brule

    Ses doigts n’en sont qu’à quelques centimètres  puis rentre

    Pour s’engouffrer dans ce puits ruisselant  d’envie.

    Leurs mains jouent sur ce tissu qui les attire

    Pensant à ses soirées où leurs corps vont chavirer

    D’un regard ils savent que ce doux drap les inspire

    A un amour plus que passionné

     Et rendre ainsi jaloux l’œuvre de Shakespeare

     

    PascalH

  • Ecrit 2011-2012 002

    Les apparences sont souvent trompeuses, ont croient et l’on se perd dans le tourment des questions sur soi même et des autres.


    Nous recherchons avant tout à maitriser ce qui nous effraient, ce qui ramène à la base de nos frustration enfantine, nous n’en serons jamais guéri, alors nous continuons à avancer malgré tout cela, et nous poursuivons notre chemin parsemer de doutes et d’inquiétudes. 


    Le nirvana n’est pas pour 
    demain et nous en sommes conscients, l’appartenance n’est qu’une utopie si l’on la considère comme un lien charnel, elle n’est que la continuité, un maillon de la chaine qui nous unis, dont la fusion de ce précieux métal en fut extrait.


  • Ecrit 2011-2012 001

    Elle se couche à demi nu sur mes espoirs insensés

    Me donnant l'air de rêver à des ébats inachevés

    Ma main caresse délicatement à travers le tissu sa peau

     Et puise en moi toute les envies comme tout avant propos

    Puis pour la servir lui rendant au mieux les plaisir de chair

    Happant le fruit défendu pour en dévorer l'incendiaire

    Je me repends après l'acte ou la fusion suit l'extase

    De ses prières qui prisent l'envie d'un règne de dévotion,

     

    PascalH